Accueil

Le Docteur  Paul Bensussan propage
la mystification d'Outreau à l'étranger 


Forensic Psychiatry in France : The Outreau Case and False Allegations of Child Sexual Abuse... [1]
C'est sous ce titre que le Dr. Paul Bensussan tente d'obtenir la caution d'une communauté scientifique dont les pairs sont à des années lumières de l'affaire d'Outrreau, de l'emballement médiatique qui a accompagné les procès, des dysfonctionnement de la justice qui - comme Marie-Christine Gryson-Dejehansart le démontre dans son livre « Outreau, la vérité abusée » ne correspond pas vraiment à l'idée que nombre de nos concitoyens s'en font encore.

On peut s'interroger sur les raisons qui poussent le Docteur Bensussan à tenter de verrouiller les positions qu'il avait prises alors qu'appelé à la rescousse par les avocats de la défense lors des procès il était intervenu à la demande des avocats de la défense, sans être pédopsychiatre, sans même avoir examiné les enfants, pour insuffler cette théorie selon laquelle les enfants carencés peuvent inventer des agressions sexuelles. Les vrais spécialistes savent que des enfants ne peuvent inventer ce qui sort complètement de leur champ de compréhension. Mais la presse a donné un large écho à cette théorie qui vient à propos pour soulager la gêne que le public aurait pu ressentir à la lecture des sévices qu'ont subi les victimes. Les jurés heureusement ont entendu les 7 experts qui avaient eux, examiné les enfants et 12 d'entre eux ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme.

Tandis qu'en Belgique quelques personnes s'efforcent d'obtenir le réexamen de l'affaire Dutroux, en France, des journalistes comme Serge Garde et Jacques Thomet s'apprêtent à l'issue d'une longue période d'investigations à faire paraître respectivement un film et un ouvrage qui nous promettent des révélations importantes sur l'affaire d'Outreau. L'imminence de ce changement de perspective peut-elle susciter cet acharnement de P. Bensussan à faire perdurer les contre vérités que l'on trouve dans son article ?

Ou bien cherche-t-il à rebondir après avoir connu une large déconvenue lorsque le DSM (Diagnostic and Statistical Manual) - un manuel diagnostique et statistique américain qui liste les désordres mentaux- a récemment refusé d'inclure le Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP) – son cheval de bataille - dans la nouvelle édition du DSM Pour insuffisance de validation scientifique tant sur la définition elle-même, que sur les critères de diagnostic, les diagnostics différentiels, la pathénogénèse ou les « traitements » ? Est-ce suffisant pour expliquer son retour sur la théorie qu'il a développée et qui doit en grande partie son succès à la médiatisation qui a entourée l'affaire d'Outreau ?

Toujours est-il que l'interprétation qu'il donne du « cas Outreau » ne tient pas à moins de s'appuyer une fois de plus sur le dénigrement des professionnels. De ce point de vue, la publication ne fait pas dans la dentelle. C'est ce qui a amené Marie-Christine Gryson à demander un droit de réponse à l'éditeur Elsevier. Les lettres qui lui ont été adressées sont transcrites en français ci-dessous, ses avocats trancheront.


[1] Forensic Psychiatry  "Child and Adolescenet Psychiatric Clinics  of North America
July 2011. Volume 20. Number 3
 

M.C.Gryson-Dejehansart
Psychologue clinicienne
Expert près la Cour d'Appel de Douai

Auteure de "Outreau la vérité abusée "
chez Hugo et cie 2009

 

Bonjour

L' article du Psychiatre Paul Benssussan :"The Outreau Case and false allegation of child sexual abuse" est partiel, partial et remplis de graves contre- vérités.

Sur les 40.000 pièces du dossier de l'instruction et des enquêtes administratives, policières et judiciaires, il ne reprend que les quelques arguments médiatisés par les avocats de la défense et qui sont bien évidement erronés.

J' en veux pour preuve, le verdict de la cour d'Assises : 12 enfants ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, proxénétisme et corruption de mineurs.

Ce Psychiatre n' a pas examiné les enfants car il a été invité par les avocats de la défense lors du procès d'Outreau pour y faire un cours magistral sur le mensonge des enfants carencés...et comme les enfants d'Outreau étaient carencés...Il s' est répandu dans les médias car il n' avait pas d'obligation de réserve alors que les 7 experts mandatés par la justice qui ont validé la parole des enfants, avaient l'interdiction de parler aux médias.

Je demande instamment un droit de réponse car je suis mise en cause de manière diffamatoire dans cet article . Ce Psychiatre qui n' est pas pédopsychiatre je le rappelle, y évoque mon incompétence ! Pourtant durant 25 ans de travail avec les tribunaux j' ai été au contraire reconnue et appréciée d'où le choix du Juge Burgaud, conseillé par ses pairs, pour traiter cette difficile affaire.

Non seulement j' ai répondu à toutes les questions de l' avocat Dupond-Moretti ( Paul Bensussan n' était pas présent) mais je n' ai jamais été conspuée en quittant le procès, j' ai choisi de ne pas revenir déposer une troisième fois car certains avocats de la défense m' agressaient violemment. Les 5 contre-experts mandatées ensuite par le Président des Assises, du fait de mon absence, ont confirmé mes conclusions.

Merci de votre réponse rapide.

MCGryson

Suite des échanges ( par courrier électronique) traduction en français :

Chère Joane,

Auriez-vous l'obligeance de m'envoyer une copie de la réponse du Dr Ben Sussan qui ferait donc partie de votre proposition de solution.

Elle est indispensable pour que je puisse savoir si elle est acceptable. En effet le Dr Bensussan dit avoir trouvé ses renseignements auprès du rapport de la Commission parlementaire, or cette commission qui s'est tenue tout de suite après le procès lors de l'emballement médiatique, était composée de députés donc de politiques et n'a pas étudié le fond du dossier ni les dysfonctionnements des procès ( Par exemple, les enfants ont été brutalisés à la barre où ils ont dû témoigner devant les présumés agresseurs durant 7 heures pour certains d'entre eux )

Les sources fiables sont celles fournies par les commissions d'enquête judiciaire, policière, administrative et disciplinaire qui ont pris entre 1 année et 3 années pour étudier l'ensemble du dossier et les procès.

Vous pourrez trouver en pièce jointe la lettre du Président du Tribunal de Boulogne sur mer qui atteste que 12 enfants ont bien été indemnisés pour cette affaire d'Outreau en 2005 et 2006 pour les préjudices sexuels qu'ils ont subis.

Vous pourrez trouver également le lien pour mon site à la page d'accueil :

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

Et pour la page où se trouvent les documents sur cette affaire.

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/documents.html

Vous trouverez deux extraits du Rapport de la commission d'enquête de l'Inspection Générale des Services Judiciaires ( IGSJ) Le premier à la p 77 se trouve l'attestation de mon impartialité.

Le second rend compte de l'entretien du Président des Assises avec les inspecteurs de cette commission et il est précisé p 8 que je n'ai pas été récusée et que les conclusions des autres experts qu'il a mandatés sont allées dans le même sens que les miennes. S'il est besoin de traduire je reviendrai vers vous par la suite.

 

Merci de votre compréhension