Accueil
Outreau, la vérité abusée

12 enfants reconnus victimes

couverture
Le 1er décembre 2005, au terme de cinq années de rebondissements, la cour d'assises de Paris rendait un verdict d'acquittement général dans l'affaire d'Outreau mettant ainsi fin à ce qui, depuis, a été qualifié de «  plus grande erreur de tous les temps », de « naufrage »,ou même de « Tchernobyl » judiciaire ».

Ce que dénonce cet ouvrage c'est qu'avec cette affaire d'Outreau, s'est répandue l'idée que les enfants MENTENT en matière d'abus sexuels (la storytelling d'Outreau) uniquement parce que les verdicts des procès en assises n'ont pas été relayés par les médias.

Ce livre emmène le lecteur au procès de Saint-Omer, mais aussi aux commissions d'enquêtes parlementaire - procès à charge des professionnels très médiatisé - et judiciaire qui voit leur réhabilitation (assistantes maternelles, policiers, magistrats, travailleurs sociaux, experts) mais qui elle, étrangement n'a pas été médiatisée !

Il insiste sur le fait qu'avec le “référentiel Outreau” tous les progrès de la victimologie infantile ont été balayés. Les experts psychologues, les “traducteurs” de leur parole et de leur traumatisme ont été discrédités pour longtemps, malgré une méthodologie codifiée par les formations et l'expérience. A cette époque, L'auteur était psychologue clinicienne depuis 25 ans et expert depuis 15 ans. Les cinq experts désignés lors du procès en assises ont par ailleurs confirmé mss conclusions.

Ce livre est non seulement le récit d'un procès médiatiquement inéquitable, mais aussi une analyse des dysfonctionnements de ces premiers procès « téléréalité » de l'histoire de la justice, un état des lieux de l'atteinte à la démocratie et de la régression de la condition des victimes dans l'après Outreau, et un ensemble de propositions pour l'avenir.